Daniel Maigné utilise la photographie pour des projets narratifs dont les propos sont conduits par des syntaxes variées : immersions, réflexions sur les limites des images, essais de langage poétique,...

Toutes ces expériences, instituées en propositions plastiques autonomes, ont pour dénominateur commun d'exprimer une préoccupation humaniste.

- La série " Vents du Sud " traverse les genres (personnages, paysages,...) dans un paradigme tendu par des racines intimes et des choix plastiques : forme carrée, douces lumières, veloutés. Cette chronique s'attache à révéler les ambiguïtés du quotidien le plus simple. Les séries "Vents d'Autan" et "La profondeur des champs", extraites de cette veine, ont été publiées indépendamment de l'ensemble.

- Au départ de la série " 75 / Paris ", la photographie a été resserrée par une contraction verticale, suggérée par la présence d'immeubles aux côtés des rues de déambulation. Puis, sous des lumières violentes, s'est imposé un travail contrasté du noir, expiant le gris parisien. Enfin, cette somme de vues (prises au jugé) est articulée en une fluidité où s'inscrit une nostalgie intemporelle.

- Dans le projet "Cathédrale.s", l'obtention des images, opérée à partir d'un point de vue unique quoique renouvelé par des variations de lumière, approche les rendus de la peinture, tout en restant purement photographique : pas de manipulations, de saturation de couleurs, etc...

Les vitres antiques (XVIIIème siècle) déclinent leurs déformations, leur matérialité, en regard de la forme épurée d'un "campanile", dans une succession cyclique où le temps est comme aboli.

- " X & Y " est une métaphore où s'égrène un catalogue d'obsessions sensuelles, dans l'esprit de calligraphies ou de planches d'entomologie. La série propose un langage original décrivant par le menu les aventures (et mésaventures) du désir.

      2016 par Daniel MAIGNÉ Photographe.